PROJECT CODEPROJET CODE
TYPE
DESCRIPTIONAFFECTATION
LOCATIONLIEU
CLIENT
SQUARE METERSSURFACE

CONCOURS POUR LA RÉALISATION DU PONT ET L'AMÉNAGEMENT DE LA TRANCHÉE COUVERTE DU VAL D'ARVE
"CONCRETE VISION"

"L'architecture est l'art de construire des lieux de telle façon qu'ils permettent l'émergence de liens:
sans lieux, pas de liens possibles." Marc Augé/ "Non-Lieux"

Edifier un pont. Un pont au-dessus de l'eau.
S'interroger sur le prolongement ouvert et découvert d'une galerie, sur l'enfouissement, l'émergence, la part visible d'une ligne commencée et achevée plus loin.
Adopter une matière, en déclarer l'évidence constructive et décider de s'y tenir.
Ne pas faire de l'ouvrage une sculpture mais, dans le registre induit de la nécessité statique, éviter les ruptures formelles pour, modifier sans transfigurer, découper sans couper.
Déclencher un processus de transformation et de déformation par la vibration engendrée, pour inscrire le pont dans la continuité bâtie d'un trajet, d'un parcours, d'une liaison. Admettre le pont dans la mutation obligée du paysage et, par la représentation des effets conjugues de la trajectoire et des mouvements de terre,
dépasser les limites de son impact. Adopter un mode de lecture singulier qui associe vision du passager et regard du promeneur. Additionner les séquences, moduler les temps de perception, passer du flash a la pose longue, de la vitesse a l'immobilité relative, jouer avec la lumière, rythmer et alterner. Emprisonner un bruit assourdissant pour le libérer en quelques visions sonores cadrées, choisies, et traduire l'instantanée d'une fréquence. Combiner infrastructure ferroviaire et installation paysagère, faire d'un bouleversement, un enveniment, et profiter de l'opportunité offerte pour proposer une autre pratique de l'espace.
Travailler le sol, établir dans l'exacte définition d'une trame directrice, un réseau de voies, un ensemble cohérent de places, de parterres, de lieux protèges,pour continuer un système acceptant contingences techniques et environnement.

CONCOURS POUR LA RÉALISATION DU PONT ET L'AMÉNAGEMENT DE LA TRANCHÉE COUVERTE DU VAL D'ARVE
"CONCRETE VISION"

"L'architecture est l'art de construire des lieux de telle façon qu'ils permettent l'émergence de liens:
sans lieux, pas de liens possibles." Marc Augé/ "Non-Lieux"

Edifier un pont. Un pont au-dessus de l'eau.
S'interroger sur le prolongement ouvert et découvert d'une galerie, sur l'enfouissement, l'émergence, la part visible d'une ligne commencée et achevée plus loin.
Adopter une matière, en déclarer l'évidence constructive et décider de s'y tenir.
Ne pas faire de l'ouvrage une sculpture mais, dans le registre induit de la nécessité statique, éviter les ruptures formelles pour, modifier sans transfigurer, découper sans couper.
Déclencher un processus de transformation et de déformation par la vibration engendrée, pour inscrire le pont dans la continuité bâtie d'un trajet, d'un parcours, d'une liaison. Admettre le pont dans la mutation obligée du paysage et, par la représentation des effets conjugues de la trajectoire et des mouvements de terre,
dépasser les limites de son impact. Adopter un mode de lecture singulier qui associe vision du passager et regard du promeneur. Additionner les séquences, moduler les temps de perception, passer du flash a la pose longue, de la vitesse a l'immobilité relative, jouer avec la lumière, rythmer et alterner. Emprisonner un bruit assourdissant pour le libérer en quelques visions sonores cadrées, choisies, et traduire l'instantanée d'une fréquence. Combiner infrastructure ferroviaire et installation paysagère, faire d'un bouleversement, un enveniment, et profiter de l'opportunité offerte pour proposer une autre pratique de l'espace.
Travailler le sol, établir dans l'exacte définition d'une trame directrice, un réseau de voies, un ensemble cohérent de places, de parterres, de lieux protèges,pour continuer un système acceptant contingences techniques et environnement.

Plan-et-elevation-500