PROJECT CODEPROJET CODE
TYPE
DESCRIPTIONAFFECTATION
LOCATIONLIEU
CLIENT
SQUARE METERSSURFACE

CONCOURS PRAILLE ACACIAS VERNET
POUR LA REALISATION D’UN ENSEMBLE DE LOGEMENTS
Genève 2013,

Faire entrer la ville dans le grand ensemble.
Dans une extension à double sens, élastique, modulée, entre intérieur et extérieur, pour faire absorber à la ville une apparente surcapacité bâtie. La densification n’est pas une règle urbaine.
Elle est la résultante des optimisations à apporter sans déterminer de modèle pré-établi, ou de modèle immédiatement reproductible. Ce quartier existe déjà, nous n’avons pas à le créer mais à le compléter, à le lier plus fortement à la ville, occuper sans le saturer un nouvel espace habitable. Le quartier des Acacias se caractérise par la diversité des associations bâties, tant en termes programmatiques que morphologiques. Il faut veiller à préserver cet équilibre entre logements et activités mixtes.
Nous proposons une résonance de ce patchwork urbain avec des surprises, des perspectives inédites, des espaces partagés, des traversées, des jardins successifs. Le projet s’élabore entre des places qui acceptent l’espace urbain environnant, et des espaces plantés, dans la ré-émergence d’une végétation disparue. Notre approche consiste en une superposition «éclatée» en quatre corps indépendants, qui participent à un même grand ensemble. Une combinaison de typologies diverses,dans un rapport constant de pleins, de vides, d’épaisseurs, afin de garantir un nécessaire confort.
Toute exposition nord est évitée en réalisant au sud des appartements traversants. Fabriquer un mieux-vivre en ville, en libérant au maximum le sol.
Limiter les voiries, les réseaux, introduire une relation entre le pied d’immeuble et le premier sous-sol, en favorisant un lien fort entre l’espace public et l’espace locatif. C’est la première part de l’équilibre.
L’autre, c’est la part dévolue aux logements qui offrent, à la fois, des surfaces privatives complémentaires, des balcons, des loggias, et des surfaces communes supplémentaires, des jardins, des terrasses. Ces deux équilibres trouvent alors toute leur cohérence dans leur mode d’assemblage.
L‘objectif, pour un volume et un coût de construction comparables, est d’offrir à tous une cuisine en prolongement naturel du séjour, des séjours-loggia à l’ouest ou balcon à l’est, profitant des larges ouvertures de la façade. Dans un système de logements en série, dans une forme linéaire de continuité,
certaines pièces peuvent être pensées de sorte à appartenir à un appartement ou à celui de son voisin.
Le projet exprime une construction rigoureuse de dalles et de lames de béton optimisant les efforts structurels, permettant une flexibilité de répartition, la répétition d’un minimum d’éléments de façade standardisés et combinés. Les loggias et balcons, à disposition de chaque logement, prolongent alors ce jeu cadencé de respiration.

CONCOURS PRAILLE ACACIAS VERNET
POUR LA REALISATION D’UN ENSEMBLE DE LOGEMENTS
Genève 2013,

Faire entrer la ville dans le grand ensemble.
Dans une extension à double sens, élastique, modulée, entre intérieur et extérieur, pour faire absorber à la ville une apparente surcapacité bâtie. La densification n’est pas une règle urbaine.
Elle est la résultante des optimisations à apporter sans déterminer de modèle pré-établi, ou de modèle immédiatement reproductible. Ce quartier existe déjà, nous n’avons pas à le créer mais à le compléter, à le lier plus fortement à la ville, occuper sans le saturer un nouvel espace habitable. Le quartier des Acacias se caractérise par la diversité des associations bâties, tant en termes programmatiques que morphologiques. Il faut veiller à préserver cet équilibre entre logements et activités mixtes.
Nous proposons une résonance de ce patchwork urbain avec des surprises, des perspectives inédites, des espaces partagés, des traversées, des jardins successifs. Le projet s’élabore entre des places qui acceptent l’espace urbain environnant, et des espaces plantés, dans la ré-émergence d’une végétation disparue. Notre approche consiste en une superposition «éclatée» en quatre corps indépendants, qui participent à un même grand ensemble. Une combinaison de typologies diverses,dans un rapport constant de pleins, de vides, d’épaisseurs, afin de garantir un nécessaire confort.
Toute exposition nord est évitée en réalisant au sud des appartements traversants. Fabriquer un mieux-vivre en ville, en libérant au maximum le sol.
Limiter les voiries, les réseaux, introduire une relation entre le pied d’immeuble et le premier sous-sol, en favorisant un lien fort entre l’espace public et l’espace locatif. C’est la première part de l’équilibre.
L’autre, c’est la part dévolue aux logements qui offrent, à la fois, des surfaces privatives complémentaires, des balcons, des loggias, et des surfaces communes supplémentaires, des jardins, des terrasses. Ces deux équilibres trouvent alors toute leur cohérence dans leur mode d’assemblage.
L‘objectif, pour un volume et un coût de construction comparables, est d’offrir à tous une cuisine en prolongement naturel du séjour, des séjours-loggia à l’ouest ou balcon à l’est, profitant des larges ouvertures de la façade. Dans un système de logements en série, dans une forme linéaire de continuité,
certaines pièces peuvent être pensées de sorte à appartenir à un appartement ou à celui de son voisin.
Le projet exprime une construction rigoureuse de dalles et de lames de béton optimisant les efforts structurels, permettant une flexibilité de répartition, la répétition d’un minimum d’éléments de façade standardisés et combinés. Les loggias et balcons, à disposition de chaque logement, prolongent alors ce jeu cadencé de respiration.

01_10
02_1
03_3
01_PAV2_web
CONCEPT_web