PROJECT CODEPROJET CODE
TYPE
DESCRIPTIONAFFECTATION
LOCATIONLIEU
CLIENT
SQUARE METERSSURFACE

CONCOURS POUR LA CONSTRUCTION
D’UN ENSEMBLE DE LOGEMENTS POUR ETUDIANTS
Genève, 1992, 1er achat avec Pierre Bouvier et Pierre Wahlen, architectes.

Le parc dans la ville. Un axe planté comme élément structurant et unificateur. Opposer l'exactitude de l'axe à l'aléatoire des limites. Un ensemble de logements comme limite entre la ville et le parc. Une tour signant l'entrée du parc. Un grand vide contenant les espaces publics. Une ville dans le vide pour la vie des étudiants. Les racines du ciel.
Les trois échelles: la chambre, la maison, la ville, inscrites dans un grand socle. Construire un enclos, le mur d'un jardin, opposer au chaos de la périphérie une urbanité, tracer le réseau des voiries, la structure permanente. Y attacher les espaces de vie, la structure éphémère, rapportée. Métaphore urbaine. Un grand mur contenant les lieux de la vie individuelle. Articuler le temps de l'étude, du repos, des moments de vie partagée. L'individu nécessaire à la communauté. Les racines du ciel.
Créer un sol artificiel pour la cité, jardin des étudiants. Un grand socle portant les lieux de la vie communautaire. Y associer les espaces et la lumière qui leur conviennent. Une chambre ouverte sur le soleil et les nuages. Les hauts-jours. La lumière de l'étude. L'étude sous la lumière. Un pavillon pour la vue. Un pavillon pour partager les moments de détente. Associer les pavillons par le regard. Une ville regardant les arbres, le parc, les montagnes. S'ouvrir au soleil, s'en protéger, s'enfouir sous la terre, s'y protéger.

Les racines du ciel. Le temps de l'étude dans la vie d'un homme.

CONCOURS POUR LA CONSTRUCTION
D’UN ENSEMBLE DE LOGEMENTS POUR ETUDIANTS
Genève, 1992, 1er achat avec Pierre Bouvier et Pierre Wahlen, architectes.

Le parc dans la ville. Un axe planté comme élément structurant et unificateur. Opposer l'exactitude de l'axe à l'aléatoire des limites. Un ensemble de logements comme limite entre la ville et le parc. Une tour signant l'entrée du parc. Un grand vide contenant les espaces publics. Une ville dans le vide pour la vie des étudiants. Les racines du ciel.
Les trois échelles: la chambre, la maison, la ville, inscrites dans un grand socle. Construire un enclos, le mur d'un jardin, opposer au chaos de la périphérie une urbanité, tracer le réseau des voiries, la structure permanente. Y attacher les espaces de vie, la structure éphémère, rapportée. Métaphore urbaine. Un grand mur contenant les lieux de la vie individuelle. Articuler le temps de l'étude, du repos, des moments de vie partagée. L'individu nécessaire à la communauté. Les racines du ciel.
Créer un sol artificiel pour la cité, jardin des étudiants. Un grand socle portant les lieux de la vie communautaire. Y associer les espaces et la lumière qui leur conviennent. Une chambre ouverte sur le soleil et les nuages. Les hauts-jours. La lumière de l'étude. L'étude sous la lumière. Un pavillon pour la vue. Un pavillon pour partager les moments de détente. Associer les pavillons par le regard. Une ville regardant les arbres, le parc, les montagnes. S'ouvrir au soleil, s'en protéger, s'enfouir sous la terre, s'y protéger.

Les racines du ciel. Le temps de l'étude dans la vie d'un homme.

10_LRC_0
02_LRC_0
01_LRC_0
04_LRC_0
05_LRC_0
06_LRC
07_LRC_0
08
09_LRC
11_LRC
01_LRC_1
02_REZ-INF_LRC
02_REZ-SUP_LRC
02_REZ_LRC